Acheron

Pénétrez dans le monde obscur de l'Acheron
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 le grand voyage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: le grand voyage.   Mer 12 Déc - 22:17

Blottie dans l'angle de la banquette, la tête appuyée sur la vitre, une jeune femme emmitouflée dans une ample cape sombre somnolait. D'elle, on ne voyait qu'une silhouette recroquevillée dont le visage était masqué par la capuche rabattue sur sa tête.

Dehors le paysage défilait tranquillement dans la froide nuit de décembre, éclairé d'un rayon de lune timide, tandis que le train roulait sans discontinuer vers Toulouse, dans un battement sonore et régulier de machineries et de rails.

Dans son demi sommeil, engourdie par le froid, Gwendael essayait de faire le point. Elle revoyait sa course dans les rues de la capitale, son arrivée dans la glauque masure en ruines, le chant désespéré accompagné des notes lancinantes du piano...
Puis la silhouette, ses sanglots... sa disparition dans un nuage de poussière..."aidez moi".... l'étrange lueur de la pièce, éclairée d'un rayon de lune comme la campagne qu'elle traversait actuellement.

Ses mains fouillèrent machinalement sa maigre besace. A côté de sa flûte soigneusement enveloppée, dont elle aurait besopin pour subsister une fois arrivée à destination, était rangé le recueil de partitions ramassé sur les lieux... ce reueil qui l'avait entrainée dans cette expédition, elle qui n'avait jamais voyagé... qu'allait-elle faire là bas? à qui s'adresser...

Elle revoyait comme si elle y était toujous le piano, si délabré. Dans sa mémoire quelques lettres prirent forme... "Radek et fils, Toulouse, apprenti de Erhard"... elle n'avait pas fait attention à ce détail. Un sourire lui échappa... ce besoin de se référer à un grand maitre des pianos, comme si celà pouvait en garantir la facture...

c'était peut-être une piste? Il fallait trouver ce facteur de pianos... mais... que cherchait-elle au juste? qu'allait-elle lui demander?
la panique la saisit, quelle idée de s'être lancée là dedans. machinalement, ses mains caressaient la couverture du recueil dans le sac, comme pour se rassurer. Elle finit par s'endormir vraiment.

Un coup de sifflet suivit de grande secousses la réveillèrent quelques heures plus tard. Le train venait d'entrer en gare de Toulouse. Gelée, moulue, elle se leva lentement, saisit sa besace et descendit sur le quai, qu'elle longea jusqu'à la gare.

Après une hésitation, elle compta ce qui lui restait comme monnaie après l'argent laissé à son propriétaire et li prix du billet de train, et décida de sacrifier quelques une de ses précieuses piécettes pour boire une boisson chaude. De l'autre côté de la place, un établissement l'attirait irrésistiblement. Qu'il devait faire chaud là bas! Elle traversa prestement la place et s'assit à une table, espérant que la nuit dans le train l'avait laissée suffisement présentable pour ne pas être aussitot reconduite à l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx



Nombre de messages : 236
Age : 50
Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Gardien de destinée
Etat de frayeur: Muhahaha.
Santé physique: Ca va et vous ?

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Lun 17 Déc - 12:20

Les cafés d'en face de la gare avait l'habitude de recevoir des clients encore chiffonés par les heures de trajet et ce fut affablement que Gwendaël fut reçue dans le modeste café.
Le serveur l'installa sur une table près de la vitrine. De là, la jeune musicienne pouvait voir les eaux vertes et tranquilles du canal du midi qui passait devant la gare. Une légère brise agitait les feuilles des platanes qui le longeaient. Le soleil nimbait le tout d'une lumière douce et intimiste.
Gwendaël ne pouvait qu'apprécier ce moment de tiède tranquillité tandis qu'on lui apportait la boisson qu'elle avait commandée.
A cette heure matinale, il n'y avait pas grand monde encore à l'intérieur d el'établissement. Quelques personnes étaient accoudées au comptoir, les yeux vitreux d'êtres qui ne souhaitent pas penser. Il y avait un couple miséreux dans un coin de la pièce. Leurs maigres bagages aux pieds, leurs manteaux élimés encore sur leurs épaules, ils se regardaient les yeux dans les yeux, se suffisant à eux-mêmes.
Ce fut alors que Gwendaël détournait pudiquement les yeux de cet amour étalé au grand jour qu'un air de violon se fit entendre à l'extérieur de la rue. Alors que la jeune musicienne tendait de voir d'où pouvait venir cette joyeuse mélodie, celle-ci s'approchait, accompagnée de rires et de chants. Puis une bande de jeunes hommes, accompagnée de deux jeunes femmes aux épaules dénudées, fit irruption dans le café. A voir leurs cernes violettes, leurs cheveux en batailles, leurs rires gras et leurs démarches titubantes, ils avaient dû passer la nuit dehors. Ils s'installèrent dans le café, visiblement le tenancier les connaissait bien. Le violoniste continuait à jouer et tandis qu'il jouait et dansait, il posa, un instant, ses yeux myosotis sur la jeune femme proche de la vitrine et lui sourit, l'espace de quelques secondes... Et son sourire était celui d'un ange. Puis il lui tourna de nouveau le dos, ne jouant plus que pour ses camarades.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Lun 17 Déc - 15:56

La mélodie du violon lui rappelait la musique jouée par les immigrés venus des pays de l'est, une mélodie langoureuse et triste, réveillée régulièrement par l'éclat brusque ou progressif de virtuoses passages au rythme rapide et dynamique.

Elle regarda le groupe s'installer, interrompue dans la rêverie provoquée par la présence du couple un peu plus loin. Sur ses gardes, ayant déjà plusieurs fois manqué de faire les frais des fins de nuits arrosées de jeunes gens aisés, elle les observait discrètement.

Son sombre regard croisa celui d'un bleu profond du violoniste. Elle tressaillit, rougit et détourna la tête, pas assez vite cependant pour manquer le sourire angélique qu'il lui fit avant de se consacrer à ses amis. elle avait toujours gardé ses distances avec les jeunes gens, bien trop préoccupée de musique et de survie pour se laisser aller à perdre son temps à l'amour, et aux souffrances qui en découlaient le plus souvent.

Etait-ce l'étrangeté de sa situation? Elle avait beau regarder fixement le coin opposé de la salle, devant ses yeux flottait le bleu aperçu quelques instants plus tôt.

Alors qu'elle s'apprétait à quitter ce lieu au plus vite, elle fut interpelée par la nouvelle mélodie qu'entonna le violoniste. Les accents désespérés de celle-ci ne lui étaient pas inconnus. Reposant sa besace, elle s'appuya sur le dossier de la banquette, tremblante. Cette mélodie...

Elle glissa la main dans son sac, en sortit discrètement le recueil, et l'ouvrit. Note pour note, c'était cette fameuse mélodie qui la hantait depuis cette étrange soirée...
Elle prit une grande respiration, essayant de calmer sa nervosité, puis releva sur sa tête la grande capuche de sa cape. Ainsi masquée aux regards, elle se mit à observer le musicien, se demandant quelle signification se cachait derrière cette musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx



Nombre de messages : 236
Age : 50
Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Gardien de destinée
Etat de frayeur: Muhahaha.
Santé physique: Ca va et vous ?

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Mar 18 Déc - 12:25

Pendant que la jeune femme avait tenté de ne pas regarder le violoniste, celui-ci avait fait le tour de la table de ses amis et s'était retrouvé, ainsi, face à Gwendaël. Et tout en faisant naître du pincement des cordes sa douce et triste mélopée, il la regardait. Il ne regardait qu'elle. Ses yeux myosotis étaient d'une tristesse infinie. Et bientôt à l'extrémité de ses cils perla une larme. Et la larme coula sur sa joue pâle...

Puis il ferma les yeux et soudain sa musique devint plus puissante, elle devint le seul son audible dans le café. Le temps sembla comme suspendu, épée de Damoclès qui menaçait de rompre ce moment de tristesse parfait. Sur les genoux des jeunes hommes, les deux filles ne gloussaient plus. Autour de la table, les jeunes hommes ne souriaient plus. A la table du fond, les amoureux avaient les yeux fermés. Le tenancier ne servait plus, les piliers de comptoir ne buvaient plus. Tous étaient suspendus dans le temps à l'espace, raccrochés à l'ici et maintenant par cette mélodie qui ranimait à la surface les souvenirs infiniment tristes... Cette mélodie qui enveloppait chaque personne de l'assemblée comme un voile, un voile doux et irisé, mais un voile étouffant, oppressant, quasiment insupportable. Il n'existait rien d'autre que cette musique, que les notes du violon, lentes, maintenues, parfaites. Et cruelles. Les pierres elles-mêmes eussent pleuré cette perfection...

Mais alors que la mélodie touchait à sa fin, la porte s'ouvrit sur un petit garçon tenant un paquet de journaux. Avec lui, entra le bruit, la fraîcheur matinale, la vie-même, enfin.

Tandis que le garçon s'avançait pour vendre ses journaux au patron, tous semblaient revenir progressivement au moment présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Mar 18 Déc - 19:18

Bien qu'à l'abri sous le grand capuchon de sa cape, la jeune femme ne pouvait pas échapper au regard triste du misicien, qui s'était placé de telle manière qu'il pouvait la fixer, de quelque côté qu'elle se tourne. Elle vit la larme rouler le long se sa joue, sentit ses yeux s'humidifier à leur tour.

Il lui semblait qu'il lui adressait un message qu'elle n'arrivait pas à saisir. Autour d'eux le temps semblait figé, toutes les activités et conversations de ceux qui les entouraient avaient cessé, écrasées par la chappe de tristesse que faisait peser sur eux le violoniste.

Elle cherchait vainement à saisir le sens profond de cette musique. celà faisait désormais quelques instants qu'elle avait, sans même s'en rendre compte, refermé le recueil, qui gisait, abandonné sur la table à côté de son balluchon béant. Plus rien n'existait que cette musique si parfaitement exécutée et ce regard d'un bleu si désespéré et dont elle ne pouvait se détacher.

Alors que le petit livreur des journaux du matin entrait, chacun sembla retrouver la réalité. les conversations reprirent, les amoureux echangèrent un long regard passionné, les deux jeunes femmes laissèrent de nouveau résonner leurs rires trop aigus aux plaisanteries avinées des jeunes gens, le patron se pencha vers l'enfant.

doucement, le violoniste déposa son archet sur la table, puis le violon, ne la lachant pas du regard. Tandis qu'à son tour il lui semblait revenir à la réalité, elle s'aperçut que, sans qu'elle sache comment, elle était debout au milieu de la salle, la tête découverte, soumise aux regards de tous et en particulier du jeune musicien. Ses joues virèrent à l'écarlate, et elle esquissa un geste pour retourner timidement vers sa place, mais le regard impérieux du violoniste la figea sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx



Nombre de messages : 236
Age : 50
Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Gardien de destinée
Etat de frayeur: Muhahaha.
Santé physique: Ca va et vous ?

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Jeu 20 Déc - 14:04

Nul ne semblait avoir remarqué que Gwendaël s'était levée et restait là, les bras ballants, au milieu du café. Sauf le musicien. Il la regardait, les yeux rivés à ceux de la jeune femme. Il ne semblait pas chercher dans son âme, ni vouloir transmettre un message. Il semblait simplement qu'il la connaissait, qu'il se reconnaissait en elle et tentait de faire en sorte que Gwendaël se reconnaisse en lui.

Alors que ses lèvres esquissaient le mouvement d'une parole, le patron qui commençait à lire le journal, poussa un juron.

Un des jeunes hommes de la table demanda à haute voix ce qu'il se passait. Mais déjà le musicien semblait voir au-delà de Gwendaël. Quelque chose venait de se briser, le fil ténu qui les unissait s'était distendu...

- C'est Perrine... Elle ne viendra pas ce matin. Elle est morte.

Aussitôt le silence se fit. Un silence lourd, pesant.

Le patron commença à lire le court article qui lui était dédié :

Citation :

La série des crimes continue !

Dans notre belle ville, nous ne sommes plus en sécurité ! Les jeunes filles ne doivent plus sortir, un meurtrier rôde dans nos rues la nuit... Nous avions déjà commencé à parler hier de la mort de deux jeunes filles aux moeurs légères, et nous protestions déjà que nous étions les seuls à en parler - nous, notre journal, le seul qui divulgue toute la vérité, sans rien cacher ! Cette nuit, c'est le corps de Perrine, une jeune fille issue d'une famille modeste, dont le corps a été retrouvé comme les autres : nu, égorgé et marqué au milieu d'une ruelle.
Mais que fait donc la police de notre "cher" empereur ? Faut-il être riche pour être en sécurité ?

Le patron arrêta là la lecture de l'article, n'ayant pas le coeur à suivre le journaliste dans les élucubrations politiques.

Un silence pesant avait envahi le café...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Ven 21 Déc - 16:19

Tant que le regard du violoniste resta fixé sur elle, lui laissant l'étrange impression qu'il ne faisait qu'attendre qu'elle le reconnaissa, Gwendael ne bougea pas. L'étrange musique semblait avoir créé un lien qu'elle n'arrivait pas à définir et à cerner.

Le juron du patron la libéra de cette emprise étrange. Après un bref regard autour d'elle, elle retourna s'asseoir dans le petit coin discret où elle avait trouvé place en entrant, écoutant distraitement la lecture de patron. Un frison la parcourut. Elle n'avait jamais eu peur de se promener seule, à la nuit tombée, mais là, dans cette ville inconnue où se passaient tant de choses étranges, elle se sentit mal à l'aise.

Elle s'approcha du patron, timidement, et toussotta pour s'éclaicir la voix. puis elle articula, la tête baissée, à mi-voix.


Excusez-moi, je... enfin... savez vous où je pourrai loger? j'arrive juste et...

enfin... euh... connaissez vous un endroit où l'on recherche des musiciens?

et ... et savez vous où je peux trouver le facteur de pianos ... Radek et fils?

le patron la regarda, surpis et un peu frustré qu'elle l'interrompe alors qu'il se repaissait d'évènements morbides. Elle rougit, sentit l'inconguité de sa demande et essaya de se rattrapper...

c'est à dire.. quand... quand jentends ce que vous venez de lire... je crois qu'il me faut trouver un abri sans tarder... ne pas errer la nuit venue à la recherche d'une chambre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx



Nombre de messages : 236
Age : 50
Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Gardien de destinée
Etat de frayeur: Muhahaha.
Santé physique: Ca va et vous ?

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Lun 24 Déc - 11:27

Alors que le patron la regardait bêtement, encore perdu dans de sombres réflexions, Gwendaël put sentir une main se poser déliatement sur son épaule.

- Je peux peut-être vous aider...

La voix était à peine grave, posée. C'était la voix du violoniste.

Derrière lui, ses camarades, rendus moroses par la nouvelle, se levaient et se préparaient à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Lun 24 Déc - 19:04

La jeune femme sursauta en sentant la main se poser sur son épaule. pourtant le geste n'avait rien d'agressif ou de violent, mais elle n'avait pas entendu le musicien approcher. se retournant un peu vite de surprise, elle heuta sèchement le bord du comptoir avec son coude et réprima une exclamation de douleur.

le timbre de la voix, calme et posé, la rassura légèrement. Elle le regarda d'un air interrogatif, un peu sur la défensive.


Vous... je... enfin... vous... enfin... oui, c'est vrai, vous êtes musicien...

Serrant son sac contre elle, elle le regardait, attendant de savoir où il voulait en venir. Le café se vidait peu à peu, le patron ne semblait pas vouloir intervenir, satisfait d'être débarrassé de l'intruse.

Voyant que le violoniste ne cherchait en rien à la contraindre à quoi que ce soit, elle se détendit un peu, et fit un timide sourire.


Vous... vous pouvez m'aider?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx



Nombre de messages : 236
Age : 50
Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Gardien de destinée
Etat de frayeur: Muhahaha.
Santé physique: Ca va et vous ?

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Lun 24 Déc - 19:28

Il plongea son regard d'un bleu tendre dans les yeux bruns de Gwendaël en esquissant un sourire.

- Qu'est-ce qui vous est le plus urgent pour vous ? Trouver un logement ou un travail ? Pour ce qui est l'atlier, je peux vous y emmener, mais ce que vous allez voir risque de ne pas vous plaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Mer 26 Déc - 20:08

je ... eh bien....


prise au dépourvu, balbutiante de timidité, la jeune femme ne pouvait définir ses priorités. Un logement? c'était urgent vu les évènements de la ville. mais sans travail, elle ne pourrait payer plus d'une nuit d'hôtel... la priorité était peut-être là. Mais... elle était là pour éclaircir un mystère et aider une âme en détresse... si celà était fait rapidement, elle pourrait retourner au plus vite à Paris.
ne pas lui plaire... mais que voulait-il dire par là?
ses pensées tournaient de plus en plus vite dans sa tête, elle n'arrivait pas à déterminer ses priorités.


je... je ne sais pas... je...

n'est-il pas possible de tout faire?


elle rougit brusquement. le musicien la regardait, avec un air amusé, comme s'il trouvait son hésitation et sa timidité divertissantes.


enfin... je... je ne voudrais pas abuser de votre temps mais... j'ai vraiment besoin des trois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx



Nombre de messages : 236
Age : 50
Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Gardien de destinée
Etat de frayeur: Muhahaha.
Santé physique: Ca va et vous ?

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Jeu 27 Déc - 22:44

Le musicien eut un sourire qui illumina son regard. Il sortit une carte de sa poche portefeuille et la tendit à la jeune femme.

- Je ne peux hélas trop m'attarder avec vous pour l'instant. Je me permets de vous proposer d'aller chez moi en attendant, vous y serez bien accueillie si vous dîtes venir de ma part. Vous y trouverez de quoi vous débarbouiller un peu. Installez-vous y comme chez vous en attendant. Je viendrais vous y chercher pour vous présenter à quelques personnes qui pourront vous trouver un travail.

Il s'inclina légèrement et ajouta :

- Mais peut-être serait-il temps que je me présente ? Je me nomme Rodolphe de Bréauté.

Puis il se redressa et, sans laisser le temps à la musicienne d'ajouter un mot, il suivit ses amis à l'extérieur du café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Sam 29 Déc - 14:32

Avant même qu'elle ait eu le temps de dire quoi que ce fut, le violoniste avait tourné les talons et rejoint le groupe qui s'éloignait. la jeune femme restait là, la carte dans la main, interloquée. le patron la regardait d'un air narquois, elle se sentit mal à l'aise.

Elle hésitait à se rendre chez un inconnu. au vu de ses fréquentations, ce pouvait être un piège. Mais c'était sa seule piste... et le lien qui s'était créé entre eux dans la musique lui revenait en mémoire. De toutes façons... elle n'avait d'autre solution que de lui faire confiance.

Elle attrappa sa besace, remit sa cape et sortit. Elle ne savait quelle direction prendre, mais le patron ne lui était guère sympathique, elle préféra tenter sa chance auprès d'un passant. Rougissante et bégayante de timidité, elle interpela un cocher qui stationnait par là.

Excusez moi... je.... enfin... comment puis-je me rendre à cette adresse?

L'homme regarda la carte, et lui proposa de la déposer moyennant un pourboire. Elle baissa la tête... elle ne pouvait se le permettre. d'un air hautain, il lui indiqua alors une vague direction.

C'est par là.

Elle prit la direction qu'indiquait le doigt et marcha d'un pas vif, pour lutter contre le froid. Après avoir erré dans le quartier, elle finit par trouver la rue indiquée sur la carte de visite. Après qu'elle eut tiré le cordon, le concierge vint ouvrir.


mademoiselle? vous désirez?

Elle montra timidement la carte.

Je... on m'a dit de me rendre... chez....

Le concierge eut un sourire entendu.

Ah.... chez monsieur de Bréauté... Il n'y a personne pour l'heure, il n'est pas rentré... mais vous pourrez l'attendre.

Il la regarda plus attentivement, un peu étonné. Elle ne ressemblait pas aux "demoiselles" que le jeune homme ou ses amis ramenaient à l'issue de leurs nuits de fête. Sa mise très sage, sa timidité... Elles étaient généralement plus dégourdies... Il ne chercha pas plus loin et lui ouvrit l'appartement.

Gwendael entra, prudente. ce n'était pas très grand, bien que comparé à sa mansarde ce soit déjà de belle dimensions, mais meublé avec gout, bien que désordonné, et surtout... il régnait une douce tempéraure qui lui fit instantanément une sensation de bien être. Elle déposa ses affaires sur une chaise et fit le tour. Il n'y avait en réalité qu'une seule pièce, avec par derrière une petite cuisine.

Dans un coin derrière un paravent, elle découvrit une table de toilette où reposait une cuvette. Le broc assorti était placé près du poële afin de faire tiédir l'eau qu'il contenait. Elle entreprit une rapide toilette, guettant les bruits au cas où quelqu'un arriverait.

Elle observa autour d'elle. partout trainaient ds feuilles de portées, des recueils, ouverts, fermés, empilés sur la table, le pupitre et... un piano. Elle s'approcha doucement, releva le couvercle en tremblant. Son pressentiment s'averra le bon : c'était toujours le même facteur. Elle plaqua quelques accords. cette fois, le piano était parfaitement accordé.

ses doigts commencèrent à courir sur les touches, jouant les musiques si intenses en émotions des compositeurs contemporains. Elle n'avait jamais entendu un tel timbre, pur, perlé, avec des graves profonds et des aigus délicats. les émotions récentes, sa nuit dans le train, sa course dans le froid commençaient cependant à peser, et la fatigue alourdissait ses paupières.

Contre le mur opposé, un lit aux couvertures eu vrac lattira irrésistiblement. Après une dernière hésitation à se laisser aller, elle s'en approcha et s'étendit dessus. Ses cheveux libérés du strict chignon qu'elle portait habituellement s'étalèrent en cascade sombre autour d'elle. elle sombra dans le sommeil sans tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx



Nombre de messages : 236
Age : 50
Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Gardien de destinée
Etat de frayeur: Muhahaha.
Santé physique: Ca va et vous ?

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Mer 2 Jan - 14:04

Ce fut les accords doux et mélancoliques du piano qui tira doucement Gwendaël du sommeil. Une couverture avait été posée sur elle, ses bottines avaient été enlevées. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle fut surprise de voir que c'était une lumière de fin d'après-midi qui entrait dans la chambre.

Sur le petit tabouret, devant le piano, Rodolphe de Bréauté jouait les yeux fermés. Un léger mouvement de la jeune femme le fit s'arrêter net et ouvrir les yeux. Il lui sourit amicalement :

- Bienvenue dans mon second chez moi... Mes parents ignorent l'existence de cet appartement, peu de gens le connaissent en fait. En général, je m'y réfugie seul, pour pouvoir composer sans être dérangé. Nul autre que les créateurs ne peuvent comprendre ce qu'est le silence, et la rage qu'on peut avoir à ne pas l'obtenir.

Dans le crispation de sa mâchoire, dans l'éclair métallique de son regard, Rodolphe dégagea une telle aura de haine qu'elle en eût peur un instant... Puis le visage du jeune homme reprit sa douceur première.

- J'ai vu à la forme de votre bagage que vous étiez flûtiste... Je me suis donc permis de trouver un travail pour vous... Un groupe de ma connaissance, justement, cherchait une flûtiste, la leur étant partie sans laisser de nouvelles depuis avant-hier... Ce soir, ils font un concert privé. Si vous êtes au niveau, ce dont personnellement je ne doute pas, même sans vous avoir jamais entendue, ils vous prendront dans leur troupe...

Il marqua un temps d'arrêt mais le silence devint si froid que Gwendaël n'osa ouvrir la bouche... Il reprit, d'un débit rapide :

- Je vais sortir un instant, Aline va s'occuper de vous. Elle va vous faire prendre un bain, et je me suis permis de vous acheter une tenue qui vous permettra d'être un minimum présentable ce soir. Vous allez jouer chez un membre de la haute société, il vous fallait une tenue d'une qualité meilleure que celle que vous porter...

La voix du musicien oscillait entre mépris et sollicitude. Les jointures de ses mains crispées sur le piano étaient blanches... Il se leva soudain :

- Je vous laisse, je vous rejoindrai plus tard...

Quand il sortit de la pièce, une jeune femme se présenta à Gwendaël en souriant. Elle se présenta rapidement et invita la jeune femme dans la pièce adjacente où un baquet d'eau chaude avait été installé... Gwendaël fut lavée, parfumée, habillée par des mains douces et caressantes. Rodolphe avait choisi pour elle une tenue sobre, d'un vert profond, mais de texture fluide et élangante.

Quand elle fut prête, Rodolpe arrivait. Il semblait éviter Gwendaël du regard.

- Êtes-vous prête ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Mer 2 Jan - 16:02

Entre sommeil et éveil, Gwendael avait écouté le jeune homme, se sentant tantôt très proche, et à d'autres moment glacée par la froideur et la dureté qui émanaient de lui par moments. Elle rougit quand il aborda la question de sa tenue.
Certes, elle arrivait de voyage, sa robe, habilement repisée de manière invisible, était froissée tant par les heures passées dans le trains que par cette sieste apparement plus longue qu'elle ne l'avait imaginé au départ. Mais dans son sac elle avait pensé à prendre sa tenue de concert, une sobre robe d'un noir intense, à la coupe sage et discrète, taillée dans une étoffe plus fine que celle qu'elle portait. le mépris dont il semblai l'entourer à cet instant lui fit mal. Elle sentait que ce n'était pas simplement un petit artiste cherchant à joindre les deux bouts... Sa famille, qu'il avait évoquée, ne devait pas être de basse extraction.

Le jeune homme était sorti avant qu'elle ne puisse répondre. hébétée, elle se laissa conduire par la jeune femme, mal à l'aise, peu habituée à faire l'objet de tels soins. Dans l'eau chaude, elle ferma les yeux, savourant ce bien-être qu'elle ne connaissait pas, et essayant de se détendre, angoissée par la suite.
Lorsque la douce Aline lui passa la robe préparée à son intention, elle comprit que même sa plus belle robe n'aurait pas suffit. le contact du tissus, doux, élégnt et fluide, était nouveau pour elle. Si la sobriété étit évidente dans sa personnalité, elle se demanda cependant comment Rodolphe avait pu savoir que le vert était de loin sa couleur favorite.

Si c'était l'effet du hasard, celà commençait en effet à faire trop de hasards. Elle sentit son coeur se serrer, l'angoisse monter sous forme dune grose boule dans son ventre. Fermant les yeux, elle prit une profonde inspiration, essayant de maitriser le tremblement qui la prenait.
le violoniste entra de nouveau, sans même la regarder. Elle lui répondit, d'une toute petite voix.


Je... je le suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx



Nombre de messages : 236
Age : 50
Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Gardien de destinée
Etat de frayeur: Muhahaha.
Santé physique: Ca va et vous ?

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Mer 2 Jan - 16:12

Rodolphe hocha la tête.

- Le fiacre est là, je t'emmène directement voir la troupe, ça vous permettra de répéter une fois ensembles... Pour ce soir, ce sera surtout du Mozart. J'espère que tu maitrises ?

Dès qu'il s'était remis à parler musique, sa voix s'était adoucie et c'était en la regardant dans les yeux qu'il posa sa question.

Tout en parlant, il tendit unmanteau à Gwendaël et l'invita à monter dans le fiacre tendit qu'elle répondait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael



Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: le grand voyage.   Mer 2 Jan - 17:56

la jeune femme sourit. La discussion évoluait vers la musique, elle se sentait plus à l'aise. ce sembalit aussi être le cas de son interlocuteyr, dont les traits se détendaient lorsqu'il évoquait ce sujet.

Je... oui, bien sûr que je connais ce répertoire....


Emmitoufflée dans le manteau, elle obéit à son geste et monta dans le fiacre, se blotissant dans l'un des angles, prenant le moins de place possible.
Elle se demandait où il pouvait bien l'emmenée, ainsi élégament vêtue. Elle prit conscience de son air de bête traquée, recroquevillée ainsi dans un coin, et se donna une contenance en se redressant et s'asseyant bien droite, comme une jeune fille aux bonnes manières qu'elle était habituellement. Seul son regard trahissait désormais la crainte douloureuse qui l'habitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le grand voyage.   Aujourd'hui à 23:16

Revenir en haut Aller en bas
 
le grand voyage.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le début d'un grand voyage
» Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]
» Le Grand Voyage [Partie I]
» Le Grand Voyage vers la Forêt Noire
» Le grand voyage (pv )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Acheron :: Pouce ! On fait une pause ? :: Archive-
Sauter vers: