Acheron

Pénétrez dans le monde obscur de l'Acheron
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'université de Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Jacques Lecoeur

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 35
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Sueurs froides
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Lun 23 Fév - 2:57

Lecoeur écouta attentivement les propos de Gwendael sans jamais l'interrompre...

- D'après ce que j'ai pu comprendre, ni votre voisin ni d'ailleurs personne autours de vous n'a pu entendre ce sifflement ? Et vous n'avez jamais connu ce phénomène auparavant ?

HRP : Il est possible que lors de la petite enfance de Gwendael, celle-ci ait déjà connu des sifflements identiques mais jamais aussi forts...
Tu peux en profiter pour inventer ce que te fais soupçonner d'avoir un don particulier en présentant un peu l'histoire de Gwendael


Lecoeur se leva, examina la jeune femme avec plus d'attention, en particulier ses tympans.
Il secoua la tête, l'air insatisfait...


- Je ne suis pas médecin, mais je ne vois rien d'anormal....Je pense que je vais essayer de...

A peine eût-il ouvert le petit tiroir de son bureau qu'un sifflement léger mais identique à celui qu'elle a déja entendu retentit dans la tête de la musicienne...Cassandre et Lucien, eux, n'entendent rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Mer 25 Fév - 18:29

Elle rougit lorsqu'elle sentit le professeur, intrigué, l'observer attentivement, comme pour essayer de déterminer si la nature de son malaise était naturelle ou non.

Ce sifflement, je... non, je ne crois pas... enfin... peut-être, parfois... mais... enfin, j'ai déjà... observé des choses étranges avec la musique mais...

non je n'avais jamais rien connu d'aussi douloureux... je... c'est comme si, comme si rien de pire ne pouvait m'arriver.... je ne sais pas comment décrire...


à la simple évocation de son malaise, elle frissonnait. Elle soupira, commençant à se détendre en l'entendant constater l'absence de symptômes anormaux. C'est alors qu'il ouvrit le tiroir, et la jeune femme pâlit brusquement. Le sifflement revenait, encore léger, mais c'était bien le même, alors qu'il lui semblait qu'une légère brume grise et glaciale l'entourait. Elle murmura la voix étranglée.

non... pas ça... pitié... arrêtez... laissez-moi....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Lecoeur

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 35
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Sueurs froides
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Mer 25 Fév - 20:04

Le son diffus ne cessa que lorsque Lecoeur ferma le tiroir, les sourcils froncés par l'incompréhension...
Sans un mot, il ouvrit la porte, jeta un coup d'oeil dans le couloir, puis la referma, toujours indécis...
Il se décida à ressortir l'objet de son tiroir et les oreilles de Gwendael se remirent à siffler...

Le professeur tenait en main un pendule d'argent soutenant une petite boule d'un cristal étrange qui se mit à osciller lentement vers Gwendael....
Le son était supportable pour la jeune fille, mais régulier, comme si l'objet émettait un très léger sifflement...


- Est ce cet objet qui vous fait ainsi réagir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Jeu 26 Fév - 16:35

lorsque le tiroir se referma, le soulagement de la jeune musicienne fut immédiat, comme put s'en rendre compte le professeur en voyant ses traits se détendre tandis que ses joues reprenaient une couleur plus naturelle.

Après qu'il eut vérifié le passage dans le couloir, il ouvrit de nouveau son tiroir, et y prit un pendule d'argent qu'il lui présenta. Le sifflement revenait, ténu, mais bien présent.


Je... je ne sais pas.. je ... oui je crois... qu'est-ce... que c'est?

elle regardait l'objet se balancer doucement, tendue à l'idée que le sifflement prenne soudain de la vigueur. Mais il semblait rester ténu, juste assez présent pour qu'elle ne puisse oublier sa présence.

Elle regarda ses voisins, et leur murmura, inquiète


vous aussi vous l'entendez? rassurez moi, je ne ... je ne suis pas folle... je ne suis pas la seule...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Bonnaire

avatar

Nombre de messages : 106
Age : 43
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendu
Santé physique: Egratignure

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Sam 28 Fév - 11:19

Lucien avait seulement salué le professeur Lecoeur depuis l'entrée du groupe dans le bureau. Depuis, il était resté silencieux. Cassandre avait parfaitement décrit ce qui s'était passé au Cléonte et semblait avoir expliqué le mal dont souffrait Gwendael.
Puis il observa attentivement l'expérience du Professeur Lecoeur. Les réactions de Gwendael se rapprochaient de se qui c'était passé au théâtre bien sûr, mais elles avaient été beaucoup plus violentes. Il fut stupéfait de voir qu'une simple chaîne au bout de laquelle pendait une sorte de cristal était la cause de tout cela . Puis il répondit d'abord à Gwendael, et se doutait que ce qu'il allait dire peinerait la jeune fille.


"Non, mademoiselle Gwendael, la salle est parfaitement silencieuse. Mais je suis sûr que le professeur a une explication à tout cela"

Il se retourna vers le professeur.

"Mais je dois vous dire, professeur, qu'elle a réagi beaucoup plus violemment au théâtre. Elle semblait croire que sa tête allait exploser. Elle s'est même évanouie. Quel peut-être la cause de cela. A t'elle un don ?'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Lecoeur

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 35
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Sueurs froides
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Lun 2 Mar - 3:06

Lecoeur rangea le pendule dans sa poche et écouta les propos de Lucien avec un grand intérêt....

- Cela reste une hypothèse Monsieur Bonnaire, mais il est possible que votre amie soient sensible à des sonorités que notre tympan soit incapable de percevoir....
Dans certains cas, les phénomènes paranormaux, comme les Poltergeist par exemple, émettent une intensité sonore que les animaux sont aptes à percevoir....Il est possible qu'un mouvement de ces fluides magnétiques, ou si je m'aventurais plus loin, je dirais même spectraux soient la cause de ces interférences sonores...
Évidemment, je ne peux pas prouver cela, mais ce que vous m'apprenez à propos des évènements du Cléonte ne fait que conforter ma pensée....

J'ai la ferme conviction que....

Il se tourna vers la jeune fille

- Vous pouvez entendre l'Au-delà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Lun 2 Mar - 11:39

Il fallut quelques instant à la jeune musicienne pour réaliser et comprendre ce que venait de dire Jacques Lecoeur. Le discours scientifique n'était pas dans ses cordes, autant elle était particulièrement cultivée dans les domaines artistiques ou littéraires, autant les sciences avaient et presque exclues dans son éducation.

elle en comprit néanmoins qu'elle avait sans doute une ouie plus fine que la majorité de ses contemporains, ce qui ne l'étonna que peu. Elle avait souvent remarqué qu'elle relevait plus de bruits que la moyenne, mais avait mis cette capacité d'écoute sur le compte de sa formation de musicienne, habituée à écouter et analyser le moindre son.

elle croisa son regard dans la dernière phrase, et quand elle réalisa la signification de ce qu'avait dit le professeur, ouvrit de grands yeux... les choses semblaient aller beaucoup plus loin qu'une simple oreille plus fine que la moyenne.


Le... l'au delà.... vous voulez dire que.... que j'entends... des morts?

Son esprit tournait désormais à toute allure.

Mais... mais c'est impossible! les morts sont morts, ils ne font pas de bruit! ... et puis... quel rapport avec votre pendule? ou avec l'agression du Cléonte?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Lecoeur

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 35
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Sueurs froides
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Lun 2 Mar - 14:07

Lecoeur soupira....Ce n'était pas la première fois qu'il assistait à cet état de panique chez ceux qui découvrent une vérité que tous se refusent à entendre.....

- C'est un peu plus compliqué que cela, Mademoiselle....Je vais tenter de vous l'expliquer.
Des recherches scientifiques très intéressantes, ont supposé qu'il existe toute une gamme de sons que nous ne pourrions percevoir : c'est la raison pour laquelle la plupart des animaux parviennent à sentir un danger avant même que celui-ci n'arrive, comme lors d'un tremblement de terre par exemple.

Cela peut paraître fou, mais, il peut arriver que l'esprit, la volonté morale de quelqu'un laisse derrière lui une trace à sa mort....Cette trace d'énergie produit parfois des phénomènes électriques ou lumineux, et très certainement magnétique....
Un pendule est apte à ressentir ces mouvements d'énergie vibratoire car son magnétisme émet une force que je qualifierais improprement d'"opposé" à l'énergie électrique produite par les énergies mortifères...

Ce que vous venez de percevoir n'a fait qu'augmenter légèrement, lorsque le pendule s'est opposé succintement au magnétisme de la pièce, l'intensité de l'énergie mortifère presente ici, et provoqué ce sifflement...

Le professeur se tourna vers la fenêtre, les mains croisées dans le dos

- Votre seconde question m'effraie, en effet....Si une telle masse d'énergie mortifère a pu se déployer, c'est que notre assassin n'appartient pas à notre monde et que sa puissance est terrifiante.
J'ai de plus en plus la certitude qu'il s'agisse de la créature dont je vous ai parlé, Mademoiselle Desaubry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Desaubry

avatar

Nombre de messages : 266
Age : 43
Date d'inscription : 11/04/2008

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Mar 3 Mar - 1:20

Mademoiselle Desaubry!

Les dernières paroles de Jacques Lecoeur avaient fait sursauter Cassandre, dont les pensées divaguaient aux confis de la raison...

L'Au-Delà...

Il était surprenant qu'un homme de sciences traite de ce sujet avec sérieux et logique, un sujet bien plus souvent réservé aux fantasmes et élucubrations d'écrivains torturés ou inspirés par l'absinthe et l'opium...

Et pourtant...

Il y avait eu les théologistes de tous bords, défendant avec foi et conviction leur interprétation de l'avenir funeste de l'humain dans leur religion, enfer ou valhalla, purgatoire ou eden paradisiaque merveilleux, élysées ou désert des tartares...seuls les termes changeaient en définitif, la cosmogonie restant identique.

Il devait y avoir quelque chose,
un espace,
un lieu,
un monde,
oui un monde certainement...

le Monde des Morts.

C'est sous terme là que Cassandre avait toujours envisagé son existence. Machinalement elle s'était mise à faire jouer ses médaillons de baptême entre ses doigts, comme pour se remémorer le passé douloureux, surtout pour ne pas oublier les êtres chers disparus qui à coup sûr avaient rejoint le Monde des Morts.


Mademoiselle Desaubry!

Encore...Le professeur Lecoeur insistait, et Cassandre s'extirpa de sa torpeur.


- Vos hypothèses ne sont pas des plus rassurantes Professeur, si l'on se réfère à la description faite dans cet ouvrage de cette créature, TEELBETH, la Bête de Cauchemars, Le Dévoreur de Rêves, La Somme de Toutes Les Peurs, et je passe sur ses autres titres tous aussi peu engageants que les premiers. Si l'on en croit les propos du Rabbi Mordekaï Goldbach, reconnu comme l'un des précurseurs de la Kabale et fondateur du Zohar, cette monstruosité n'est nourrie que par la haine et la peur qu'elle inspire. Mais, et c'est là le plus intéressant, elle n'est pas 'libre' de terroriser à tout va...non...elle est puissante mais contrôlée par un mage versé dans l'occulte, et devient en quelque sorte l'instrument animé de sa vengeance.

- Si tout cela est vrai, nous devons croire qu'un individu, ou qu'un groupe de personnes, suffisamment initié des arts sombres, a pu d'une manière que je ne m'explique pas reprendre le contrôle sur TEELBETH Le Tourmenteur, avec des desseins qu'il nous reste à découvrir.

Cassandre n'avait pas quitté un air grave et inquiet, peu coutumier de sa personne.

- Je ne sais si Mademoiselle Gwendael accepterait de se prêter à une expérience...ésotérique, mais il semble possible que sa réceptivité naturelle au surnaturel puisse nous permettre de retrouver la trace de notre Tueur. Professeur, sauriez-vous d'une manière ou d'une autre l'assister? Nous resterions auprès de vous bien sûr Mademoiselle Gwendael soyez en assurée, et disant cela Cassandre se rapprocha de Lucien auprès de qui elle se blottit, soulagée de sentir sa présence rassurante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Mer 4 Mar - 19:03

Toutes ces explications et réflexions semblaient encore bien obscures pour la jeune musicienne. Elle commençait à pressentir ce qu'ils voulaient dire, mais l'ensemble n'était pas très clair, les références aussi bien scientifiques qu'ésotériques lui passaient nettement au dessus. Elle retint cependant que c'était probablement son extrême sensibilité qui l'amenait à entendre ce que les autres ne percevaient pas. Elle comprit aussi que, s'ils ne savaient pas comment la délivrer de son problème, elle pouvait en revanche s'en servir pour les aider à traquer quelque chose d'horrible.

Elle hésita quelques instants, se mordant la lèvre. Elle ne voyait pas comment refuser, après la façon dont l'avait si simplement accueillie Cassandre alors qu'elle était si désemparée. Mais elle avait peur, si peur...
Et cela voulait dire mettre de côté l'étrange affaire qui l'avait menée jusque là... l'étrange affaire... mais elle n'avait plus aucune piste à suivre désormais, rien que sa blessure lorsqu'elle pensait à celui qui était mort en la protégeant.

elle sentit son cœur se serrer en voyant Cassandre chercher du courage auprès de Lucien. Pour la première fois de sa vie, elle eut envie d'abandonner sa fière indépendance, et de se réfugier auprès de quelqu'un. Mais cette impression passa vite... on attendait sa réponse.


Je... si vous croyez que... que je peux vous aider à quelque chose je... je ne saurais refuser... mais...

j'ai peur....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Lecoeur

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 35
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Sueurs froides
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Jeu 5 Mar - 2:00

Lecoeur s'aperçut bien vite que son excitation l'avait emporté sur sa sensibilité...Il avait annoncé sans douceur les terribles dons de Gwendael sans trop réfléchir au trouble que cette révélation pouvait semer dans l'esprit de la jeune femme....

- Mademoiselle, n'ayez crainte. Vos amis sont à vos cotés. Quand à votre don, il fait en quelque sorte...partie de vous même. Il est tout à fait possible de l'exercer et d'apprendre à le maîtriser, comme lorsque vous avez appris à marcher...
Nous travaillerons cela ensemble, si vous le désirez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Sam 7 Mar - 0:23

Gwendael retint surtout les derniers mots... son problème était maîtrisable, et il acceptait de l'aider à apprendre à le contenir... elle n'était donc pas condamnée à vivre dans la peur de voir cette atroce sensation se réveiller au moment le plus imprévu.

Elle sourit enfin, d'un sourire timide, mais sincère.


Je... je me tiens à votre disposition.... je... merci beaucoup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Bonnaire

avatar

Nombre de messages : 106
Age : 43
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendu
Santé physique: Egratignure

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Sam 7 Mar - 21:30

Les propos étonnants et sombres du professeur laissaient donc penser que Gwendaël avait senti la présence d'un mort, et que celui-ci devait avoir sauvagement attaqué l'actrice principale au Cléonte. A cette nouvelle, Lucien, abasourdi, s'était comme déconnecté de la réalité.

Mais il reprit ses esprits en sentant qu'une partie de son corps se réchauffait. C'était Cassandre. Elle cherchait à rassurer Gwenaël, mais les légers tremblements qu'il pouvait ressentir montraient bien sa déroute. Elle s'était rapprochée de lui, certainement pour trouver en lui inconsciemment un soutien. Il l'incita à se rapprocher en lui touchant la main qu'elle avait remonté sur son bras, comme pour se réchauffer.

Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas senti le corps d'une femme se blottir contre le sien... Et Cassandre était vraiment belle.

Cela l'aida à revenir au sujet.


"Ainsi, mademoiselle Gwendaël, par votre don, vous pourriez nous aider à retrouver la créature sanguinaire. Vous êtes un pendule vivant, en fait ! Bien sûr, il faut que vous puissiez canaliser la peur que cette découverte vous procure... Au moment où nous devrons détruire un tel adversaire, si vous restez tétanisée, vous deviendriez plus un poids qu'une alliée. Excusez-moi, e ne dis pas cela pour vous froisser, mais il faut anticiper tout risque. Si le professeur peut vous aider, comme il le propose, ce serait parfait."

En parlant, il caressait tendrement, sans s'en rendre compte, l'épaule de Cassandre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Lecoeur

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 35
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Sueurs froides
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Dim 8 Mar - 3:21

Lecoeur se tourna vers Gzendaël.

- Nous pouvons partir dès que vous serez en état de le faire...En attendant vous pouvez vous reposer ici, si vous le désirez.
Quant à vos amis, ou bien ils me serviront d'assistants, ou bien ils continueront leurs recherches sur la personne capable de manipuler cette créature...
Nous savons que la personne qui manipule ce monstre est désireuse de se venger. Nous savons également qu'elle possède une certaine formation dans l'occulte...à moins que sont désir ne soit si puissant qu'elle parviennent à le contrôler par sa propre volonté. Mais j'en doute : une personne haïssant à ce point les êtres humains devrait être totalement démente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Desaubry

avatar

Nombre de messages : 266
Age : 43
Date d'inscription : 11/04/2008

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Dim 8 Mar - 19:19

Cassandre s'aperçut de sa soudaine proximité avec Lucien...

Elle se redressa, et se dégagea avec douceur de l'étreinte de Lucien.


- Mademoiselle Gwendaël, voilà pour vous une véritable chance de mieux comprendre et supporter vos troubles, et je vous sais en de bonnes mains avec le Professeur Lecoeur.
Je pense Lucien que nous pourrions mettre à profit l'après midi pour continuer à glaner quelques renseignements sur cette affaire; retrouvons nous tous les quatre dans la soirée à la brasserie Lipp du quartier Saint-Germain, pour dîner ensemble peut être et faire le point sur nos découvertes de la journée. Si nos recherches devaient nous occuper jusqu'à tard et que vous ou moi ne pouvaient venir, et bien il restera toujours un endroit où me trouver, à la librairie de l'Escarboucle.
Lucien, vous m'avez affirmé tantôt que vous pensiez pouvoir reprendre contact avec de vieilles connaissances, peu fréquentables certes mais surement bien informées. C'est un milieu, comment dire, où vous vous débrouillerez bien mieux sans moi, assurément, fit Cassandre, un sourire en coin.
Pour ma part, je compte me rendre à l'hôpital Saint-Anne pour rendre visite à cette pauvre Solange Rentier, la jeune déséquilibrée dont les soins sont pris en charge par Roland Brande : ses tourments et ses délires, ainsi que son passé au Cléonte, cela mérite que l'on s'intéresse à son cas.
Il faudrait également s'enquérir de la santé d'Isabelle Marie...à ce sujet, savez vous où elle a été emmenée?

Tout en parlant, Cassandre avait rajusté son manteau, enfilé ses gants et s'était apprétée pour prendre congés.

- Et bien qu'en pensez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Mar 10 Mar - 22:08

Un peu perdue, Gwendael écoutait les différentes personnes organiser le programme des heures à venir. Elle frissonna.... la seule chose qui eut été raisonnable aurait été de chercher un nouvel engagement, car ces dernières semaines avaient réduites à sec ses économies, et elle n'avait plus que quoi payer si sa mansarde ni simplement ses repas.
Cependant, elle se sentait encore bien lasse et l'idée de se reposer lui semblait si douce... mais il fallait qu cette aventure se termine au plus tôt...

Comment leur expliquer sa hâte sans parler de son dénuement? Ecarlate, elle s'exprima à son tour



Je... je n'ai pas besoin de me reposer ...
professeur,... je me tiens à votre disposition... pour... pour commencer dès que vous le pourrez.... si... si cela peut éviter à d'autres jeunes femmes de ... de subir ce terrible sort, alors il faut agir au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Desaubry

avatar

Nombre de messages : 266
Age : 43
Date d'inscription : 11/04/2008

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Mer 11 Mar - 12:27

Cassandre se dirigea vers la porte du bureau. Le Professeur Lecoeur et Gwendaël étaient en pleine discussion.

Un petit geste de la main afin de ne pas les interrompre, puis elle s'adressa à Lucien :

- Au revoir Lucien, à ce soir donc et....soyez prudent.

Elle quitta le bureau et gagna rapidement le parvis de l 'Université. Elle acheta la gazette du matin afin de s'informer des suites du drame du Cléonte. Elle aurait l'occasion de lire les nouvelles durant son trajet vers le sanatorium.

Le temps était maussade, elle releva son col et se hâta de trouver un fiacre.

Arrow Paris : Centre hospitalier de Sainte Anne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le passeur
Admin
avatar

Nombre de messages : 1589
Date d'inscription : 29/06/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance: Maitre du jeu
Etat de frayeur: Aliéné profond
Santé physique: Immortel

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Mer 11 Mar - 15:13

Deux faits divers attirent le regard de Cassandre alors qu'elle quitte l'endroit : le premier est "l'évasion spectaculaire d'une aliénée de Sainte Anne : Solange Rentier, au cours de la nuit."
La jeune femme et d'autres aliénés légers se sont dispersés dans la nature suite à une explosion provoquée dans un couloir de l'asile. Selon l'article, la Sûreté Publique pense que c'est la vétusté des systèmes de chauffage au charbon qui aurait provoqué ce "coup de grisou".
L'hygiéniste Haussman triomphe également en dénonçant des structures archaïque et dangereuses pour les parisiens. Trois aliénés auraient déjà été retrouvés mais Solange Rentier semble toujours sur les routes..

Le second fait divers est la mort d'un tailleur respecté, Henri Martel, dans des conditions mystérieuses la nuit dernière, devant la porte d'un dénommé Lucius Cramer, artiste compositeur.
Ce filet est accompagné d'une déclaration d'exécution publique pour les Sieurs Xavier Estrecchi et Roland Brande, pour meurtre et agression avec préméditation.

_________________
Un forum pour les gouverner tous
Un forum pour les trouver.
Un forum pour les amener tous et dans le Web les lier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Ven 13 Mar - 14:47

Gwendael regarda s'éloigner ses compagnons avec une certaine appréhension... elle commençait à peine à se sentir en confiance, et voilà qu'elle se retrouvait de nouveau seule avec des inconnus.

Elle regarda le professeur, interrogative. Que devait elle faire? rester ici ou partir à son tour, en attendant que quelqu'un lui fasse signe?

Elle commença à remettre sa cape, et amorça un mouvement.


Professeur je... je ne voudrais pas vous déranger. Quand... quand vous aurez besoin de moi, vous pourrez me laisser un message à cette adresse...


Elle griffonna rapidement l'adresse de sa mansarde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Lecoeur

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 35
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Sueurs froides
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Ven 13 Mar - 15:11

Lecoeur salua le départ de ses hôtes et vit la jeune femme s'appreter à partir...

- Je vous demanderais encore un instant, Mademoiselle...Pour notre premier entretien.

Galamment il l'aida à remettre sa cape.

- Si vous voulez bien vous donner la peine de me suivre, j'espère que le spectacle ne vous effrayera pas trop...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwendael

avatar

Nombre de messages : 212
Age : 36
Date d'inscription : 27/11/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Détendue
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Ven 13 Mar - 15:57

drapée dans sa cape, elle emboita le pas au professeur.

Je ... qu'est-ce qui... pourrait me faire peur? qu'allons-nous voir? ... j'imagine mal quelque chose de pire que cette pauvre femme au Cléonte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Lecoeur

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 35
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Sueurs froides
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: L'université de Paris   Ven 13 Mar - 16:06

- Suivez moi.

Quelques minutes plus tard, les deux dernieres personnes à sortir du bureau de Lecoeur se retrouvaient au fond d'un fiacre en direction de Montparnasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'université de Paris   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'université de Paris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Les Clefs de l’Université de la Fondation Aristide pour La Démocratie (UNIFAD) s
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» Mon équipe de rugby à l'université
» Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :
» Le salon du chocolat à Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Acheron :: Pouce ! On fait une pause ? :: Archive-
Sauter vers: