Acheron

Pénétrez dans le monde obscur de l'Acheron
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le jour où je me perdis moi-même

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antonin Hurpin



Nombre de messages : 37
Age : 36
Date d'inscription : 24/07/2010

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Effroi
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Le jour où je me perdis moi-même   Lun 26 Juil - 22:57

Cela faisait déjà plusieurs heures qu'Antonin tournait dans ces cavernes et les ombres projetées par sa lampe de mine, dansant parmi les peintures tribales, n'allaient pas le rassurer. Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même après tout, le guide les avait prévenus. Mais comme trop souvent, sa curiosité et son orgueil avaient pris le dessus sur sa sagesse et son obéissance. Maintenant, il était bien trop tard pour tergiverser sur la pertinence de sa décision et la priorité était de retrouver la sortie. Il avait tenté de déchiffrer les dessins sur les parois de la grotte, mais rien ne semblait indiquer une quelconque direction. L'odeur de moisissure et d'humidité avait laissé la place à une odeur plus agressive, plus acide, plus sulfurée. Il finit par apercevoir une lueur rougeâtre. Enfin la lumière de l'extérieur ! Le soleil était probablement en train de se coucher et donnait au soir ses teintes chaleureuses. Il accéléra le pas, glissant par deux ou trois fois sur des cailloux trop instables pour retenir son poids.


Dernière édition par Antonin Hurpin le Mer 28 Juil - 9:27, édité 2 fois (Raison : correction de fautes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonin Hurpin



Nombre de messages : 37
Age : 36
Date d'inscription : 24/07/2010

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Effroi
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: Le jour où je me perdis moi-même   Lun 26 Juil - 22:57

Son enthousiasme s'effondra alors qu'il constatait qu'il n'était pas au bout de ses peines. Il était à présent dans une sorte de grande cavité, une sorte de faille, une cicatrice que la terre n'arrivait plus à refermer. En dessous de lui, une rivière de lave coulait, rouge comme le sang, cherchant à coaguler alors que des flammes éclatantes déchiraient régulièrement la fine peau qui s'était si difficilement constituée. Devant lui, de l'autre côté d'une fine passerelle de roche longue de trois ou quatre mètres, une salle avait été aménagée comme pour respecter quelqu'obscure rituel. Cinq stèles étaient posées en cercle, portant des inscriptions aussi primitives qu'incompréhensibles dans une encre rouge qui ne laissait aucun doute sur son origine. Au sol différentes marques géométriques, et sur le mur d'en face, une sorte de représentation tribale d'une quelconque divinité en train de se repaitre de ce qui semblait être un fidèle, ou un sacrifié.


Dernière édition par Antonin Hurpin le Mer 28 Juil - 9:26, édité 2 fois (Raison : correction de quelques fautes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonin Hurpin



Nombre de messages : 37
Age : 36
Date d'inscription : 24/07/2010

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Effroi
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: Le jour où je me perdis moi-même   Lun 26 Juil - 22:58

Antonin s'aventura sur la petite passerelle, écartant de manière hésitante les bras pour éviter de chanceler plus que tolérable. Sans savoir si c'était du à la chaleur ambiante ou à sa peur de tomber, il pouvait sentir des gouttes de sueur perler à son front et glisser jusqu'à son menton, non sans causer une désagréable démangeaison à laquelle il n'aurait pu répondre sans perdre l'équilibre. Il releva la tête quelques instants pour respirer et fût soudainement revigoré par une vision salvatrice. Au dessus de lui, la faille repartait vers la surface et le ciel étoilé semblait lui sourire. Il n'aurait qu'à se glisser entre les deux parois, là où la crevasse se rétrécissait pour regagner la surface. La fraicheur de cette pensée et de ce sursis remonta son courage, flattant au passage son égo plus que nécessaire. Il reprit une posture plus assurée et s'avança d'un pas décidé pour finir les quelques pieds qui le séparaient du promontoire.


Dernière édition par Antonin Hurpin le Lun 26 Juil - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonin Hurpin



Nombre de messages : 37
Age : 36
Date d'inscription : 24/07/2010

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Effroi
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: Le jour où je me perdis moi-même   Lun 26 Juil - 22:59

Amortissant son dernier saut par un petit fléchissement des genoux, il se redressa aussitôt et se retourna pour constater sa victoire. Il n'était peut-être qu'un négociant de la compagnie de l'Afrique, mais il avait vaincu ce qu'un guide autochtone n'osait même pas venir observer. Lieu sacré, tribu anéantie, démons antédiluviens, tout ça n'était que fadaise pour effrayer les enfants. Il posa sa lampe à huile sur un rocher, et s'approcha d'une des cinq stèles. Sa confection était bien grossière et la méthode pour la déposer ici bien obscure. Probablement avait-elle été descendue par la faille, suspendue à des cordes. Les peintures étaient encore visibles bien que terriblement dégradées par la chaleur ambiante. Il glissa un doigt sur la pierre et constata avec regret que les inscriptions s'effaçaient. Il pourrait peut-être en récupérer quelques centaines de francs tout au plus, et par ailleurs, il serait probablement plus rentable de n'en faire que des copies.


Dernière édition par Antonin Hurpin le Mer 28 Juil - 9:23, édité 2 fois (Raison : correction de quelques fautes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonin Hurpin



Nombre de messages : 37
Age : 36
Date d'inscription : 24/07/2010

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Effroi
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: Le jour où je me perdis moi-même   Lun 26 Juil - 22:59

Soudain un frisson lui parcouru l'échine alors qu'un courant d'air froid se glissa sur son flan. Il se retourna d'un coup sec vers le centre du cercle pour constater que rien n'était là. A nouveau, il sentit le courant d'air se glisser contre son cou. Il recula d'un pas et battit des bras devant lui pour chasser cet adversaire invisible. Il entendit comme une respiration, faible, lente, inhumaine. Il recula à nouveau d'un pas plaçant ses bras en garde, et entendit un caillou percuter la paroi en contrebas. Il ne put s'empêcher de jeter un regard pour constater qu'il était à quelques centimètres de tomber à son tour. De l'autre côté, une corniche pouvait le mener au resserrement de la faille, d'où il pourrait remonter vers la surface. Face à lui, le cercle de stèles trônait, totalement indifférent à son tourment. A nouveau, l'air froid vint s'enrouler autour de son avant-bras. Antonin moulina dans le vide pour se détacher et se mît à courir le long de la corniche. A peine arrivé au bout, il put constater qu'il était suivi et que les pierres roulaient une à une dans le vide à mesure que l'adversaire invisible s'avançait. Il saisit la roche d'une main ferme et entreprit sans attendre l'escalade vers son salut. Il sentit des doigts glacés caresser son talon alors qu'il mobilisait toutes ses forces pour accélérer le rythme. L'ascension était d'autant plus pénible que certaines pierres se détachaient sous ses doigts, comme si les éléments avaient eux-mêmes décidé d'augmenter le suspens de la scène. Apparemment, la créature n'était pas très agile et n'avait pas réussi à le suivre car il finît par arriver à l'extérieur. Saisissant une racine, il se hissa jusqu'à la surface, remuant les pieds dans le vide pour essayer de se donner de l'élan. Il se traîna sur le sol, avançant en rampant dans l'herbe, à la fois exténué et endolori. La peur vous donne des ailes, dit-on, mais elle vous les factures généreusement.


Dernière édition par Antonin Hurpin le Mer 28 Juil - 9:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonin Hurpin



Nombre de messages : 37
Age : 36
Date d'inscription : 24/07/2010

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Effroi
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: Le jour où je me perdis moi-même   Lun 26 Juil - 23:00

Son cœur battait encore au galop, sa respiration était saccadée, comme si son corps ne lui laissait pas le temps de souffler avant de redemander un peu d'air pur. Il regarda les étoiles quelques instants avant de se relever. Encore une fois, il put entendre la respiration caverneuse de son prédateur, à quelques centimètre derrière son oreille. Il se retourna en se décalant d'un pas, balança ses bras dans le vide devant lui.

Montre-toi ! Montre-toi que je te corrige !

Toujours en chassant le vide, il sentit l'étreinte glaciale lui entourer le torse depuis derrière. Comment son adversaire pouvait-il se déplacer aussi vite ? Il arracha ce bras désincarné pour en sentir un autre lui attraper l'épaule. A chaque fois qu'il se libérait, il se faisait aussitôt ressaisir. Rapidement, il fût submergé par la attaques tentaculaire de la créature. Il finît par tomber, se roulant à terre dans l'espoir d'écraser son adversaire qui glissait continuellement pour rester au dessus de lui. Ses cris ne semblait effrayer ni avertir personne et sous l'effet engourdissant du froid, ses forces finirent par l'abandonner.


Dernière édition par Antonin Hurpin le Mer 28 Juil - 9:18, édité 1 fois (Raison : correction de quelques fautes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonin Hurpin



Nombre de messages : 37
Age : 36
Date d'inscription : 24/07/2010

Feuille de personnage
Cercle d'appartenance:
Etat de frayeur: Effroi
Santé physique: Parfaite santé

MessageSujet: Re: Le jour où je me perdis moi-même   Lun 26 Juil - 23:01

Il était étendu sur le dos, immobilisé par une force intangible. De temps en temps, il essayait vainement de bouger un membre. Il sentait une main invisible explorer son corps à tâtons, cherchant quelque chose dont il n'avait même pas idée et lui démontrant par là même qu'il était désormais totalement impuissant. Finalement, la main s'arrêta au niveau de son cœur, probablement satisfaite de sa découverte. Antonin sentit la créature se rapprocher de son visage et murmurer :

Wewe ni yangu...

Puis toute la créature sembla se concentrer au milieu de sa poitrine, perçant ses os et sa chair pour se frayer un chemin jusqu'à son cœur encore affolé. Antonin fût animé de spasmes alors qu'il pouvait sentir la progression du parasite en son sein. La douleur lui arracha un cri qui résonna sur le plateau alors qu'il se convulsait et s'arquait sous la torture. Son cœur, prisonnier d'une étreinte de glace ralentît soudainement. Encore hanté par la souffrance, le jeune-homme se recroquevilla, haletant et tenant son précieux cœur de ses mains. Finalement, sa vision se troubla et il perdit connaissance juste après avoir pu deviner les silhouettes du docteur et de leur guide qui se ruaient vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le jour où je me perdis moi-même   Aujourd'hui à 23:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Le jour où je me perdis moi-même
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Acheron :: La Bibliothèque infernale :: Journaux des chasseurs-
Sauter vers: